teaserimg

Opération à cœur ouvert

Intervention de reconstruction ou de remplacement de la valve mitrale

En fonction de la cause, de la gravité et des symptômes de l’insuffisance mitrale, le médecin peut conseiller une intervention chirurgicale en vue de réparer (reconstruire) ou de remplacer la valve mitrale. C’est la méthode de choix pour les patients dont le tableau clinique et la condition physique générale le permettent, compte tenu des résultats à long terme et des perspectives d’amélioration de l’insuffisance mitrale.

Reconstruction de la valve mitrale

La reconstruction chirurgicale de la valve, appelée valvuloplastie, est souvent préconisée lorsqu’il est possible de réparer le dysfonctionnement tout en conservant la valve du patient. Le plus souvent, il s’agit alors de reconstruire la valve mitrale. L’annuloplastie est l’un des procédés courants : un anneau prothétique est inséré pour améliorer la fermeture de la valve. D’autres techniques de reconstruction mini-invasives moins contraignantes peuvent dans des cas exceptionnels être employées en pratiquant une petite incision sous le mamelon droit.

Remplacement de la valve mitrale

Lorsque la valve n'est pas réparable, le chirurgien doit la retirer et la remplacer par une valve prothétique qui peut être mécanique, en métal ou en plastique, ou biologique. Pour remplacer la valve cardiaque, il procède à l’ouverture chirurgicale du thorax en raccordant le patient à une machine cœur-poumon, comme le cœur doit être arrêté durant l’intervention. La pose d’une valve mécanique implique la prise à vie d’anticoagulants afin d’éviter toute formation de caillot (thrombose) sur la prothèse ou autour.

Valves mécaniques

Les valves mécaniques, généralement en carbone pyrolytique, peuvent parfaitement remplacer vos valves natives. La valve mécanique possède elle aussi un anneau maintenant les ailettes, elle s’ouvre et se referme à chaque battement du cœur pour faire circuler le sang.

Valves biologiques

Les bioprothèses valvulaires proviennent de tissu animal préparé pour correspondre à une utilisation dans le cœur humain. On distingue les valves porcines provenant d’une valve aortique de porc et les valves issues de tissu péricardique bovin ou porcin. Le tissu d’origine animal est le plus souvent monté sur un stent (armature) assurant sa stabilisation. Il existe également pour des cas spécifiques des prothèses sans armature (sans stent). Le choix de la valve appartient au médecin en fonction des besoins et des conditions anatomiques de son patient.

Recherche D'UN médecin / hôpital

Trouvez les centres thérapeutiques proches de chez vous.
Trouvez les centres thérapeutiques proches de chez vous.
Recherche